RENAULT RETAIL GROUP PARIS ENTREPRISES

NORMES ANTIPOLLUTION : EURO 6, EN 6 QUESTIONS

La nouvelle norme Euro 6, déjà en vigueur sur les nouveaux modèles depuis septembre 2014, concernera tous les VN à partir du 1er septembre 2015. De quoi s’agit-il et qu’est-ce que cela va changer ?

 

 

Pourquoi ce nouveau durcissement des normes antipollution ?

 

Les étapes précédentes visaient essentiellement à une réduction des émissions de CO2, laquelle était directement corrélée à une baisse de consommation. Avec Euro 6, ce sont les émissions d’oxyde d’azote qui sont visées : les fameux NOx qui n’ont pas ou peu d’impact sur l’effet de serre mais qui sont toxiques pour la santé.

 

 

Quelles sont les motorisations les plus impactées ?

 

Grands émetteurs de NOx, les diesels sont clairement les plus touchés. Préservés par les normes Euro 5, ils pouvaient en relâcher jusqu’à 180 mg/km dans l’atmosphère quand les motorisations essence étaient limitées à 60 mg. Avec Euro 6, la parité est presque atteinte (80 mg pour le diesel et toujours 60 mg pour l’essence). Une baisse drastique pour le diesel qui implique des solutions techniques lourdes et coûteuses. Le diesel est donc logiquement plus impacté sur le plan tarifaire.

 

 

Quelles sont les technologies utilisées pour répondre aux normes ?

 

Il existe trois solutions techniques pour faire baisser le taux de NOx : travailler à la source sur la combustion et le recyclage des gaz, piéger les NOx à la sortie pour les détruire sous l’action de la chaleur et, enfin, les éliminer chimiquement par ajout d’urée (AdBlue®). Renault a choisi la deuxième — la plus simple et la moins chère — pour sa gamme VP et la troisième pour ses VU dont le poids exige une technologie plus complexe.

 

 

Quel impact sur l’entretien du véhicule ?

 

La solution chimique SCR adoptée notamment sur Master nécessite le remplissage du réservoir d’AdBlue® (22 litres) tous les 10 000 km environ (entre 9 000 et 12 000 km). L’ordinateur de bord permet d’en surveiller la consommation.

 

 

Quel gain pour le client ?

 

Hormis éventuellement pour les motorisations qui adoptent le Stop&Start, il n’y a pas de gain sur la consommation. Au contraire ! Il n’y a pas de gain en performances non plus. En fait, le bénéfice client relève de la santé publique, les NOx faisant partie des polluants les plus nocifs.

 

 

Quel calendrier ?

 

Depuis le 1er septembre 2014, tous les nouveaux modèles homologués y sont soumis. À partir du 1er septembre 2015, tous les VP et VU légers (véhicules de société) vendus devront y répondre, les VU transport de marchandises bénéficiant d’un délai d’une année supplémentaire. Enfin, information clé pour le commerce, tous les véhicules Euro 5 en stock bénéficient d’une dérogation d’immatriculation de 12 mois au-delà des dates butoirs.