RENAULT RETAIL GROUP PARIS ENTREPRISES

CAP SUR LES FLOTTES

Avec Nouvelle Mégane et Talisman, Renault a pour ambition de reprendre son leadership sur les segments C et D des ventes aux entreprises, avec de solides arguments face à la concurrence. À l’image de Nouvel Espace et Kadjar, les deux dernières nées de la gamme ont intégré, dès le cahier des charges, les attentes des flottes.

 

« Nous sommes déjà leader du marché flottes sur les segments de Twingo, Clio, Captur et Espace, explique Olivier Bonnet, chef de marché VP à la DVS (direction des ventes spéciales). En 2016, nous comptons redevenir leader sur l’ensemble des segments. » Des prévisions de croissance d’autant plus solides qu’elles sont axées sur le produit lui-même. Avant même leur lancement, Talisman et Nouvelle Mégane ont été très bien accueillies par les loueurs longue durée, acteurs majeurs des ventes aux entreprises. Il faut dire que « chacun des nouveaux modèles de la gamme a été pensé pour offrir le coût d’utilisation et de détention (TCO, Total Cost of Ownership N.D.L.R.) le plus bas possible », révèle Olivier Bonnet.

Consommations et émissions de CO2 conditionnent directement le budget carburant et le montant de la TVS acquitté chaque année sur les véhicules de société. Et, sur ces deux critères, les motorisations des versions Business, qui représentent 53 % des ventes aux sociétés, sont les plus performantes de la gamme. « Talisman est au meilleur niveau de son segment, avec 95 g de CO2 /100 km. Nouvel Espace est le seul véhicule diesel de ce gabarit à passer sous le seuil des 120 g de CO2. Et Nouvelle Mégane se situe dans le peloton de tête de son segment, avec seulement 86 g de CO2, en attendant sa version Hybrid Assist, programmée pour début 2017, qui descendra à 76 g. » La seconde composante du TCO est le coût de détention. Mieux, le véhicule se revend au terme de son contrat : plus son coût de détention est faible et plus donc ses loyers sont réduits. « Nous travaillons pour cela, très en amont, sur la durabilité du véhicule.

 

Aspects financiers, équipements

Nous sélectionnons par exemple des matériaux plus résistants pour conserver l’aspect du neuf. » Et la jeunesse de la gamme — fin 2016, Renault aura la gamme la plus jeune parmi les constructeurs généralistes — est aussi un facteur de meilleure revente.

Au-delà de ces aspects purement financiers, les aides à la conduite de série sur les versions Business constituent un argument supplémentaire de vente. « Les versions Business de nos nouveaux modèles reçoivent des dispositifs de sécurité adaptés à un usage professionnel, comme une alerte de franchissement de ligne ou la reconnaissance des panneaux de signalisation. Le GPS, la climatisation, le kit Bluetooth ou les radars de recul sont bien sûr de série sur les versions Business. Chacune de ces versions pouvant d’autre part être équipée de la boîte EDC, l’une des ­meilleures transmissions automatiques disponible aujourd’hui sur le marché. » Dernier atout, et non des moindres : le pouvoir de séduction de la nouvelle gamme Renault. « Certaines entreprises proposent en effet un catalogue de véhicules à leurs salariés, qui ont le dernier mot sur le choix de leur voiture. Ils prennent naturellement les modèles les plus séduisants et valorisants. Et le nouveau design Renault plaît, c’est incontestable. Nos véhicules n’ont pas à rougir de la comparaison avec les meilleures productions allemandes. Cela nous permet d’attirer une nouvelle clientèle. »

 

Captur et Kadjar en renfort

Un potentiel de conquête renforcé par l’arrivée dans la gamme de Captur et Kadjar. « Ces modèles nous permettent d’être présent sur les ­segments en pleine croissance des crossovers. » Pour conquérir l’ensemble de ces nouveaux clients, le réseau, dispose d’un précieux outil : Fleetb@ase. Lancée fin 2013, cette base de données met à la disposition des chefs de vente toutes les informations nécessaires au ciblage des clients et surtout des prospects. « Reste à prendre contact, mettre en avant et à expliquer les atouts de nos modèles : TCO, technologies embarquées et bien sûr le nouveau design, un des atouts majeurs de la gamme. Et comme un client séduit est déjà à moitié conquis… »

 

l'essence du « Business »

L’année 2016 va voir l’introduction de motorisations essence sur chaque modèle de la gamme Business. Si les motorisations diesel représentent encore largement la majorité (95 %) des ventes à société, leur hégémonie n’est en effet peut-être pas gravée dans le marbre. « De plus en plus de sociétés nous interrogent sur des versions essence pour leur Car Policy. Et une éventuelle évolution de la fiscalité pourrait rebattre les cartes entre l’essence et le diesel. Cette nouvelle offre essence — la plus large du marché, N.D.L.R. — va nous permettre de faire face à tout type d’évolution du marché », explique Olivier Bonnet, chef de marché VP.